mercredi 5 décembre 2012

Philo-chat : cultiver son jardin


Zingara : Nous cédons ce matin le clavier à notre Miss Tigri afin qu'elle poursuive la rubrique Philo-chat...
Graffiti : La première de ses chroniques s'intitulait Guérir. Vous la retrouverez en cliquant ici.
Roméo : On ne s'éloigne pas tellement du thème puisque Miss Tigri va vous expliquer aujourd'hui comment elle se soigne par les plantes...
Zingara : Pfff ! Roméo, tu es vraiment trop jeune pour ce type de billet ! Vas-y, Miss Tigri, nous t'écoutons.
Graffiti : Pas trop long, quand même, hein ?...

Miss Tigri : Il y a quelques années, lors de mon bref passage au Musée départemental de l’Ariège, j’avais entendu parler d’une expérience réalisée au Palais des Evêques de Saint-Lizier, à l’époque où celui-ci avait été reconverti en hôpital psychiatrique. Il s’agissait de tester la thérapie par le paysage, en partant de l’idée d’exploiter les vertus apaisantes du paysage sur les esprits torturés. J’imagine que les bienfaits d’une telle "thérapie" ont dû résister à l’analyse scientifique : difficile, sans doute, de mesurer le réconfort que peut procurer la contemplation d’un panorama, fût-il aussi splendide que la vue du Palais sur les Pyrénées ariégeoises.


Je suis cependant convaincue que l’idée est loin d’être sotte.   En effet, lorsque je suis tombée malade, en avril 2010, je me suis découvert une passion pour le jardin. Pas seulement mon jardin, mais les jardins, le monde végétal. J’aimais déjà la nature, mais n’avais jamais eu spécialement la main verte, ni même la curiosité de m’intéresser à ce qui poussait autour de moi. Les plantes étaient toutes pour moi plus ou moins des "bégonias", laissées aux bons soins des spécialistes. J’étais de celles qui oublient d’arroser les fleurs et à qui il ne valait mieux pas offrir de plantes, même les plus rustiques… Avec la maladie, ma relation au temps s’est transformée, de même que mon regard sur le jardin. La nature est devenue à mes yeux le lieu du passage du temps, l’endroit où je pouvais éprouver avec une grande sérénité le sentiment de durer… encore un peu. Profiter du temps qui reste, comme dans la chanson de Reggiani, en regardant les feuilles tomber ou les bourgeons naître. Ne pas se froisser de la pluie, ne plus s’irriter des gelées, simplement voir les saisons défiler et guetter la première jonquille, le premier crocus. Observer les changements et ne plus s’en effrayer. Dans l’une des scènes du film Sur la Route de Madison, Robert Kincaid évoque le changement comme "quelque chose sur lequel on peut toujours compter", et y voit finalement quelque chose de rassurant. Le décor changeant du jardin est devenu ma thérapie et me soulage des maux que la médecine est incapable d’apaiser. Garder l’esprit fort jusqu’au bout dans un corps malmené : tel est  l’enjeu du combat. La haie de bambou, le long du muret, constitue mon horizon : jusqu’où la verrai-je pousser ? Chaque pousse me sert ainsi de repère : je suis ravie lorsque je vois un arbuste prospérer, un bouton apparaître au bout d’une branche. Ce sont les témoins de ma propre vie qui se prolonge. Et imaginez ce que je peux éprouver à la vue d’une plante presque détruite par les rigueurs de l’hiver et qui reprend peu à peu des couleurs aux premiers rayons du printemps… Quelle victoire, hein ?

Cultiver son jardin, disait le philosophe… et le photographier, aussi. Figer l’éphémère pour pouvoir revivre encore ces moments de grâce. Profiter et se souvenir. Espérer. "Mon pays, c’est la vie", peut-on entendre dans la chanson de Reggiani. Mon jardin aussi.
Miss Tigri
Catland, août 2010

Catland, avril 2011
 
Changement de lumière et de saison...
La fontaine solaire, juillet 2012
 
La fontaine, septembre 2012
 
La fontaine (gelée), décembre 2012
 
Un mémorable épisode neigeux, le 9 mars 2010
 
Le même paysage, le 20 décembre 2011
 
Et pour vous saluer, le très éphémère Octave Nivéos, création miss-tigrienne de mars 2010...
... qui présente l'originalité d'avoir des échalottes en guise d'yeux.
 
 
 

36 commentaires:

  1. superbes photos ! bel article ! bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Je suis persuadée qu'un beau paysage de nature peut apaiser et donc contribuer à une guérison. J'ai déjà retrouvé la sérénité dans un parc. Je m'émerveille également à chaque printemps quand la nature s'éveille.
    As-tu remarqué, dans les villes, comment ça pousse à travers le béton ? La nature reprend le dessus et la vie renaît malgré les obstacles. Que ces petites "fleurs de béton" t'apportent toute leur force.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que c'est précisément cette faculté de renaissance qui nous fascine autant. Quant à mes trois "petites fleurs de pavé", elles sont d'un bienfait inestimable.
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  3. Depuis 23 ans que j'ai un jardin, j'y trouve constamment la sérénité dont j'ai besoin. J'ai la chance de ne pas avoir été malade gravement mais maintenant, il me faut faire face à l'âge qui avance inexorablement et le jardin m'est d'un grand secours , notamment dans les rapports à l'éphémère qu'il nous faut accepter. J'ai un espace méditation au fond du jardin près des bambous justement, car le bruit du vent dans leur feuillage a quelque chose d'apaisant.

    Et puis partager un jardin avec ses chats est une grande source d'apaisement et de joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de compléter cet article de ta longue expérience des jardins, Zoé. Il est vrai que j'ai sans doute oublié de dire l'essentiel : je n'envisage pas cet espace végétal sans présence animale, chats, oiseaux, et autre hérissons familiers de nos jardins...
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  4. bonjour Miss Tigri, je suis du même sentiment que les messages précédents, le jardin est source de bien-être, et la présence des chats l'est tout autant. C'est un vrai plaisir de te lire, et tes photos sont superbes. Catland est bien joli.
    bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Laurence. Les jardins, commes les chats, font partie de ces éléments qui aident à guérir sans l'intervention des médecins.
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  5. Quel beau récit Miss Tigri et qui nous fait réfléchir. C'est vrai que souvent on ne voit pas ce qui nous entoure et qui pourrait nous sauver.
    De très belles photos et bravo pour ce bonhomme de neige à la fois, sérieux et sympathique.

    Bonne journée.
    Linda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Linda. J'aurais pu consacrer tout l'article à la neige, qui m'inspire énormément, et dont ce brave Octave n'est qu'une mince illustration... Un prochain billet, peut-être...
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  6. Merci pour ce long billet, oui tu as raison il faut prendre le temps et regarder son jardin et chaque chose qui s'y trouve, moi je trouve souvent le réconfort à y regarder les oiseaux aller et venir, je m'émerveille à chaque bourgeon ce sont mes bons moments de la journée comme je dis, et puis chercher les sacripants de minois bien cachés..... il faut toujours espérer et se dire que la nature nous est donnée pour notre joie .
    Tes photos nous permettent de découvrir ce qui est ton univers, merci de nousles faire partager.
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Rolande, ainsi qu'à ce brave Odilon qui nous fait régulièrement découvrir toutes sortes de panorama autour de sa Rivière Espérance.
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  7. Si j'avais un jardin, je ferais certainement pareil, le contempler (contemplatif) et bien sûr photographier - j'y ferais pousser des fleurs à papillons... Belles photos, la végétation qui grimpe à Catland, le paysage enneigé puis avec un arc-en-ciel et cette statue féline sur la fontaine... Et comme Liousha et Tiki s'y amuseraient dans ce jardin, enfin, je crois.
    Câlins au trio félin, bises Miss Tigri, un coucou à Octave Nivéos s'il repointe son nez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ironie du sort, le jour de la publication de cet article, un arc-en-ciel est apparu au même endroit que sur la photo. Je l'ai également photographié.
      Les félins dans un jardin, c'est un mélange de joie et d'inquiétude : joie lorsqu'ils sautent après un papillon (sans l'attraper !), mais inquiétude aussi lorsqu'ils s'avisent de franchir la clôture pour suivre leur "proie"...
      Bisous, Phil. Caresses aux duo tigré.
      Miss Tigri

      Supprimer
  8. Un" ti" jardin bien sympa apprécié aussi par les trois félins...La fontaine et les lumières solaires agrémentent encore l'environnement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une petite maison au pied de la montâ-âgne ! Un bien joli paysage que j'aime à contempler longuement...
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  9. C'est un très beau billet Miss-Tigri, émouvant pour moi aussi.
    J'aime regarder les jardins aussi. Je n'en ai plus. Je n'ai pas non plus la main verte.
    Pour moi c'est la mer et tout ce qui va avec qui m'aide.
    La nature nous fournie à chaque instant une source ce bien-être.
    Et je ressens pour elle la même chose que toi.
    Je t'embrasse très fort. Belle journée.
    Ronrons au trio de la part de Prunette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mireille. C'est sûr, la mer évoque aussi bien des pensées et peut susciter toutes sortes d'émotions. Ta région est tout à fait propice à ce genre d'expériences contemplatives.
      Bisous,
      Miss Tigri

      Supprimer
  10. Une réflexion qui a fait son chemin , Miss Tigri
    Tu as maintenant un bel espace qui t'appartient et que tu partages avec le trio
    Symbiose nature -création , chouette !
    Gavin apprécierait certainement aussi un jardin .....
    Bises Miss Tigri et câlinous au trio félin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr, c'est un plaisir d'observer nos tigres de salon retrouver leur instinct naturel dans un petit coin de nature (assez protégé tout de même. Un bon pied de vigne, et voilà un Graf heureux !...
      Bisous. Caresses à Gavin.
      Miss Tigri

      Supprimer
  11. Coucou Miss Tigri
    Cultiver son jardin, regarder la nature au fil des saisons c'est une excellente thérapeuthie apaisante...
    Des bisous félins du jeudi soir
    Béa kimcat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que Roméo appelle "se soigner par les plantes"... Hihi !
      Bises à toi, Béa.
      Miss Tigri.

      Supprimer
  12. Je lirai tranquillement ce billet, en ces moments j'ai beaucoup de choses, meis j'aime lire bien ces billets plus profondes. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est précisément le sens de ce billet... Prendre le temps de vivre !
      Bisous, Sara.
      Miss Tigri.

      Supprimer
  13. Tes paroles au travers de la contemplation de la nature sont émouvantes et pleines d'espoir ! Chaque son, chaque odeur, chaque image sont un cadeau de la vie et une thérapie réelle. Elle est fragile tout comme nous tous et il faut la préserver en la respectant. Un jardin rempli de fleurs est un cadeau, des chats qui ronronnent sont une offrande, il faut savoir apprécier chaque instant comme tu le fais. Câlins à tes amours sur qui tu peux compter. Bisous, Tinou et Myrtille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ces thérapies douces... Comment pourrait-on appeler cela ? "Horticothérapie" ? Sans parler de la ronronthérapie, bien sûr ! Et avec les Chats-Pitres, on fait aussi une cure de rire et de bonne humeur. Que demander de plus ?
      Bisous.
      Miss Tigri.

      Supprimer
  14. Cultiver son jardin = être concentré pendant que l'on oeuvre. çà c'est le point de départ du bonheur, le rejet de la source du problème, puisque qui dit concentration dit fermeture à tout le reste.

    Le jardin comme tous les végétaux laissent émaner d'eux des ions négatifs. L'homme secrète des ions positifs. Quand nous sommes trop chargés en +, nous sommes mal. En allant dans un lieu riche en -, il y a échange et donc rééquilibrage de soi.

    Voili-voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet éclairage, Sereine. Ton pseudo traduit l'aboutissement de cette osmose avec le monde végétal ;-)


      Supprimer
  15. Je suis très émue en lisant ton article Miss-Tigri.

    La vie nous révèle parfois des passions et des dons insoupçonnés et c'est bien.

    Tu as trouvé le sérénité par le jardin. Un jardin c'est beau, c'est apaisant, ça sent bon, ça vit. Et en plus la satisfaction du travail accompli pour ton plus grand bonheur.

    C'est drôle, je me suis comme toi d'un seul coup trouvé cette passion du jardin suite à un coup dur moi aussi. Rien à voir avec le tien. Mais c'est pour dire que le mal nous envoie quelquefois vers le savoureux.
    Et le savoureux peu rester et le mal s'en aller, car il peut le battre !

    Je ne te connais pas Miss-Tigri, mais je t'aime beaucoup ainsi que tes trois amours de chats qui me font bien rigoler.

    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Chantaloup. Le blog et les échanges avec les minounautes sont une autre excellente thérapie pour moi. Il faudrait peut-être que j'en parle un jour...
      C'est vrai, le bon et le mauvais sont étrangement liés, l'un engendrant parfois l'autre de façon inattendue. Dussolier le dit fort bien dans "On connaît la chanson" : suite à un moment de crise, quand on est à nouveau heureux, c'est encore meilleur qu'avant !
      Gros bisous. Ronrons des Chats-Pitres.
      Miss Tigri

      Supprimer
  16. Bon je suis remontée jusqu'à CHALLOWEEN, j'avais un sacré retard !!! Mais c'est toujours un ravissement ce chablog et tous ces chats pitres...un brin "poil qui se dresse" avec philochat...émotion et tout chat...Je suis fan de cha tout bonnement. Je vais me discipliner et essayer de revenir plus souvent. Mais je suis plutôt en mode oursonne...l'éloignement de la vie parisienne, un brin, une chatalepsie de saison quoi !!!
    A très bientôt, des papattes amicalines à nos héros GRAFF, ZING et ROMEO sans oublier des chamitiés à Miss TiGri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, les G². Sûr qu'il faut du temps pour s'adapter à votre nouvel environnement et en profiter. Sûr aussi que le mode "hibernation" s'impose à cette saison. C'est gentil d'avoir fait un saut chez nous.
      Ronrons & câlins. Tape-coussinets de nous 3 et chamitiés de Miss Tigri.

      Supprimer
  17. Vraiment un beau article, que j'ai lu à la fin tranquilement. Je te cmprends, avoir soin du jardin, des pots dans la terrasse, à mon cas,c'est très gratificant lorsqu'on observe chaque jour le nouveau pousse, la croissancep'tit à p'tit. J'ai aconseille tout le monde de mettre aumoins une plante dans sa vie. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes bien d'accord... Voyons un peu la vie en vert :-)
      Merci d'avoir pris le temps de me lire, Sara.
      Bisous.
      Miss Tigri

      Supprimer
  18. Merci Miss Tigri pour ce bel article, si superbement illustré qui nous emeut, et fait réflêchir et aussi rêver. A n'en pas douter être proche de la nature, des animaux, ouvrir ses yeux pour vraiment en apprécier toute la beauté, écouter le bruissement des feuilles, le chant des oiseaux...tout cela a un effet positif sur l'esprit et le corps. Je ne suis pas main verte, peut être parce que notre jardin est blanc de neige 5 mois par an, comme Mireille, c'est la proximité de l'eau qui m'apporte apaisement.
    Cultive bien ton jardin Miss, et tu vois, il te le rends bien...il est magnifique :-)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Sophie. C'est vrai qu'il y aurait bien des choses à dire sur l'eau... C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai placé une petite fontaine sur la terrasse : elle fait à la fois abreuvoir à oiseaux et à minets (mais pas les deux en même temps !)Et surtout, j'adore le bruit de l'eau qui coule (mais pas les robinets qui gouttent la nuit !)La neige, bien sûr, transforme les paysages. Ici, nous nous contentons de la contempler sur les sommets. Nous en "profitons" ainsi sans en subir les inconvénients :-)
      Bisous, Sophie.

      Supprimer

Merci d'avoir pris le temps de nous laisser un mot :-)