mardi 20 janvier 2015

Je lis

Etre ou ne pas être Charlie, telle n’est pas la question. La marche dominicale ? Les grands rassemblements ? Nous n’y avons pas participé. Bien sûr, la peine est immense, mais chez nous, le chagrin n’est pas quelque chose que l’on exhibe dans la rue, en groupes, en ligues, en processions. Parmi le flot de dessins satiriques qui circulent depuis deux semaines, je n’en retiendrai qu’un : celui où l’on voit une femme voilée faire reculer des islamistes armés en brandissant un livre au titre sulfureux : Education. Et l’éducation ne se limite pas à l’enseignement, contrairement à ce que tentent de faire croire certains excités has been qui, depuis 68, s’échinent à discréditer l’école et les enseignants. Il est vrai qu’en pointant du doigt l’école, Cohn Bendit s’assure au moins de ne jamais tomber sous les balles d’intégristes puisqu’il désigne finalement le même ennemi qu’eux.
Mon acte de résistance ne consiste pas à publier des messages courroucés sur Facebook, encore moins à beugler les paroles haineuses de la Marseillaise dans la rue. Je lis.

Je lis Aragon :
« Tout le ciel cette nuit proclame
L’hécatombe des rossignols
Mais que sait l’univers du drame ? »
Les poètes.

Je lis Hugo. « Ceci tuera cela. Le livre tuera l’édifice. (…) C’était le cri du prophète qui entend déjà bruire et fourmiller l’humanité émancipée, qui voit dans l’avenir l’intelligence saper la foi, l’opinion détrôner la croyance, le monde secouer Rome ». Notre Dame de Paris.

Je lis Voltaire. « Tant qu’il y aura des fripons et des imbéciles, il y aura des religions ».

Je lis Shakespeare :
“A gloomy peace this morning with it brings.
The sun, for sorrow, will not show his head.
Go hence, to have more talk of these sad things.
Some shall be pardoned, and some punishèd.”
(Traduction : Cette matinée apporte avec elle une paix sinistre, le soleil se voile la face de douleur. Partons pour causer encore de ces tristes choses. Il y aura des graciés et des punis. )

Je lis Diderot. « Il n’y a qu’un pas du fanatisme à la barbarie. ».

Je lis Valéry : « La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. »

Je (re)lis Aragon :
« Et cette bouche absente et Lorca qui s’est tu
Emplissant tout à coup l’univers de silence
Contre les violents tourne la violence
Dieu le fracas que fait un poète qu’on tue !
(…)
Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d’idoles
Aux cadavres jeté ce manteau de paroles
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou. »
Un jour, un jour

Je lis Daudet. « La haine, c’est la colère des faibles ».

Je lis Oscar Wilde : « Dieu, en créant l'homme, a quelque peu surestimé ses capacités. »

Je lis Pifou : « Pas glop ! »

Et je lis Aragon, encore et toujours :
« Un jour pourtant, un jour viendra couleur d’orange
Un jour de palme, un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche. »

Un jour, un jour. 

15 commentaires:

  1. A chacun sa façon d'essayer de survivre. Je suis montée dans l'Arche de Noé dominicale même si je ne suis pas dupe .
    Je relis Cavanna, je relis Desproges . Ils ont été mes grands frères pour" me presser de rire de tout avant d'être obligée d'en pleurer" maintenant que j'y suis à en pleurer . Inconsolable je crois.
    J'écoute Caussimon et j'essaie d'y croire même si...
    https://www.youtube.com/watch?v=KqDG3T-RWiw.
    Bises miss Tigri

    RépondreSupprimer
  2. Si seulement ceux qui sont si aveuglés qu’ils en ont l’esprit étroit pouvaient lire aussi…
    Merci pour ce partage
    Bisous Miss Tigri et câlins aux Chats Pitres

    RépondreSupprimer
  3. Des lectures (ou des relectures ) à faire pour continuer dans ce monde bien tourmenté...

    RépondreSupprimer
  4. Un jour, un jour...viens vite ce jour...car tu me sembles bien loin...

    J'étais à Rouen Samedi 10, et vu un défilé sans précédent en nombre, calme et recueilli. J'étais au rassemblement de Paris le Dimanche 11, je voulais être avec d'autres personnes pour montrer ma peine. Comme dans toute catastrophe, chacun réagit différemment. Beaucoup ont besoin de partager, de se réunir, pour pouvoir supporter le choc et ensuite avancer. Lire et réflêchir sont aussi indispensables.

    Ce qui m'inquiète beaucoup, ce sont les réactions qui se développent maintenant, l'amalgame, la radicalisation, la formation de 2 pôles opposés... en Norvège, après le massacre d'Utøya (acte d'un extrémiste isolé) la réaction du pays avait aussi été de se rassembler, défiler, chanter...mais pour appeler à plus de démocratie, d'ouverture, de bienveillance...à ce que je vois, ce n'est pas vraiment le chemin pris maintenant. Et cela m'angoisse beaucoup.

    Bises Miss Tigri

    RépondreSupprimer
  5. C'était à prévoir, vu le peu de discernement que fait parfois l'esprit humain, que la haine, d'un coté, soulèverait la haine de l'autre coté.

    Voltaire a aussi dit "Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres". Je ne sais pas d'où vient ce courant d'extrémisme et de terrorisme, ni pourquoi il existe, mais il n'est pas question de laisser nos valeurs bafouées, nos compatriotes tués, pour et par la bétise humaine.
    Alors oui, l'éducation est primordiale, indispensable, mais à ce que l'on constate, il y a aussi des gens dits "éduqués" ou plutôt qui ont fait des études, qui se tournent vers le terrorisme, vers l'obscurantisme. Manque de quoi ? De véritable éducation, surement, de celle dont tu parles, la seule aussi pour moi, celle des lettres. Manquent-ils aussi de repères ? Ils ne vont pas vers les bons...Et de valeurs, c'est certain, mais pour cela, on en revient à l'éducation. tout est là, tu as raison.

    Bisous Miss Tigri, gros mimis d'amour aux 3 petits Choupinets

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Miss Tigri
    Merci pour ce billet.Je lis aussi...
    Bises félines
    Béa kimcat

    RépondreSupprimer
  7. La citation de Valéry me semble fort juste : « La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » Et s'applique bien au terrorisme.
    On devrait peut-être aussi éteindre les télés.
    Graous graous, bisous.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis à 100/100 de ton avis et ton analyse de la situation est excellente, tes citations sont exactes et devraient circuler un peu plus dans les commentaires que l'on a pu lire ici ou là, et bravo à notre lectrice qui nous suggère d'éteindre la télé ....
    Porte toi bien ainsi que les félinous, bises tristes à tous

    RépondreSupprimer
  9. Que de citations appropriées... Merci MissTigri. Moi qui n'ai plus le temps de lire, avec toi, j'ai refait un petit tour dans les "bouquins"...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai loupé cet excellent billet, avec lequel je suis entièrement d'accord et j'aime tes mots sur les has been de 68 qui discréditent l'école.
    Je ne suis pas non plus descendue dans la rue. Je n'aime pas ces mouvements de foule qui se forment sous l'effet de l'émotion et qui retombent comme des soufflés, jusqu'au prochain sujet dramatique.
    Entre temps que se passe-t-il ? Rien ! Des grands discours, des débats où on fait et refait l'événement 100 fois, 1000 fois où chacun tire la couverture à lui en prévision d'élections futures. Rien de concret.
    J'aime la citation de Daudet et bien sûr celle de Pifou !
    Bravo et gros bisous Miss Tigri et plein de câlins au trio.

    RépondreSupprimer
  11. Je suis bien d'accord avec le billet que tu as écris. Mais je suis obligée de me révolter pour ce qui s'est passé aussi bien à Charlie Hebdo que dans la boucherie Porte de Vincennes, comme partout ailleurs.
    J'adore Aragon. Et oui, un jour, un jour ... Peut-être ... Il faut y croire.
    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
  12. Je reviens sur ton billet, encore, j'ai maintenant du temps pour le bien lire. Et je ne peu que dire Bravo!!!

    RépondreSupprimer

Merci d'avoir pris le temps de nous laisser un mot :-)